Sauvignon qui Sancerre, qui Ménatou, même à Pouilly-Fumé

12 décembre 2013 2 Par CyrilBasco

Encore une séance organisée à l’arrache. Hakim se désistant au dernier moment pour aller briller au Championnat de France de dégustation parvient tout de même à nous fournir deux bouteilles pour le thème. Les cousins Fouassier, très réactifs, nous permettent de récupérer deux de leurs cuvées « terroir ». Et enfin le caviste La Part des Anges de Bures sur Yvette est mis à contribution pour compléter l’échantillon de Sauvignon entre Ménetou et Pouill-Fumé.

Le défi du soir à relever par nos Fines Goules est d’associer des vins de Sauvignon à leurs terroirs de Ménetou, Sancerre ou Pouilly-Fumé. En gageüre d’après le Larousse des Vins.
Heureusement, une récente dégustation des cuvées du domaine Fouassier avait permis de mettre en évidence les profils de vins obtenus en fonction de la nature du sol, avec des pistes pour au moins distinguer les extrêmes, entre les argiles et les calcaires. Quelques gros traits qui nous permettront de nous retrouver dans l’obscurité de la dégustation à l’aveugle de ces vins blancs.

Les vins ont été dégustés à l’aveugle dans un ordre aléatoire, si bien que personne ne connaissait l’origine du vin versé dans son verre.

Jean-Cri nous met en bouche avec un Sauvignon de Touraine du Domaine Octavie en version 2012. Bien sec et sur un terroir de sable qui fait ressortir les caractères végétaux du sauvignon sans excès. Idéal pour se mettre le palais en condition.

L’objectif de la séance était en premier lieu de distinguer les sauvignon sur argiles contre calcaires quelque soit l’appellation. Quitte à couper dans le vif les généralités, les terroirs sont moins tranchés sur Ménetou-Salon ou sur Pouilly-Fumé (moins de surfaces pour explorer la diversité). Nos palais émoussés ont souvent réussis à retrouver le gras des sauvignon sur argile mais l’effet millésime est venu perturber les préférences pour un type de terroir au détriment des profils aromatiques.
Rien de bien nouveaux: les Fines Goules moustachus préfèrent les rondeurs qu’elles soient dû à l’enrobage des argiles ou à l’exotisme qui viennent au Sauvignon après quelques années en cave.

Tous les Fines Goules ? Non, un seul se démarque ce soir-là de la tendance générale. C’est pourtant le plus barbu mais son appétence pour la sévérité du kimméridgien et son refus de la tentation de l’exotisme des fruits l’écartent du groupe.

Les vins dans l’ordre de la dégustation.
La moyenne des notes des 9 dégustateurs ne permet pas de mettre en évidence de différences significatives entre les vins, seuls le mieux noté et le moins bien noté pourraient être considérés comme mériter des couleurs de médailles différentes.


Vin#1 Sancerre, Domaine Fouassier, Les Chasseignes 2012

Fouassier, ChasseignesBouteille envoyée en express par le domaine suite à une dégustation de la semaine précédente.

Le nez est sympa, plutôt doux et herbacé. La bouche est sur un équilibre acidulé. Pour un premier vin, beaucoup sont satisfaits et l’attribue par comparaison avec ceux qui suivent comme le sauvignon sur argiles.

Note moyenne: 13,9. La deuxième note de la séance.


Vin#2 Sancerre, Domaine Fouassier, Les Grands Champs 2012

Fouassier, Grands Champs

Bouteille envoyée en express par le domaine suite à une dégustation de la semaine précédente.

Il sent très bon avec des notes de bonbon et de poivre. La bouche parait acide et sèche, cela déplait pour le décalage avec ce que promettait le nez. Un peu de chaleur et de fruits exotiques (ananas). L’équilibre n’est pas atteint par les dégustateurs: certains le trouvent moins équilibré que le précédent alors que d’autres apprécient sa stabilité en bouche.
Par contraste avec le précédent et grâce au hasard heureux de l’ordre de la dégustation, le profil calcaire de ce vin saute aux papilles encore fraiches de nos dégustateurs.

Note moyenne: 13,1. La quatrième note de la séance.


Vin#3 Ménetou-Salon, La Tour Saint-Martin, Morogues 2011

Bouteille ramenée du marché de la Paulée des Vins de Loire de Chartres.

Ce vin fait naitre des discordes entre nos perceptions. Le nez est pour certains très sauvignon avec des notes de bourgeon de cassis, poussées jusqu’à des sensations pas tout à fait agréable d’alcool à bruler ou d’eau de javel. D’autres ne retrouvent pas du tout les arômes qui leur permettraient de reconnaitre un Sauvignon. En bouche, les sensations divergent encore plus entre les dégustateurs. Le bourgeon de cassis s’est mué en groseille fraiche.

Note moyenne: 12,4. La cinquième note de la séance.


Vin#4 Sancerre, Gérard Boulay, Les Monts Damnés 2012

Bouteille ramenée par Hakim de la cave de son entraineur au Championnat de France de dégustation.

Les querelles naissantes autour du vin précédent ne montent pas d’un cran avec le verre de plus dans le nez contrairement à la progression normale de nos précédentes dégustations. Les noms d’oiseaux commencent effectivement à sortir mais pas entre dégustateurs mais contre ce vin. Il fait la quasi unanimité être un des moins appréciés du soir.Le nez tire sur la caoutchouc ou la couche de bébé (sortie de l’emballage, pas mise à la poubelle !). La bouche acidulée fait penser au premier vin.

Note moyenne: 11,9. Le plus mauvaise note de la séance.


C’est à peu près à ce moment-là de la dégustation qu’un terroriste breton à dégoupiller une grenade corse.Qui en plus de flinguer le palais de ses consommateurs, noyer tout espoir de percevoir les subtilités du sauvignon aux restants des dégustateurs ayant échappé à l’attentat


Vin#5 Pouilly-Fumé, Domaine de la Doucette, 2008

Bouteille ramenée par Hakim de la cave de son entraineur au Championnat de France de dégustation.

La robe est la plus foncée de la séance. Le nez séduit déjà beaucoup et un consensus se dessine autour de la suggestion de Baptiste d’un ananas rôti déglacé à la vanille. Des touches de caramel appuient la douceur. Beaucoup pourrait le boire tout seul.

Note moyenne: 14,8. La meilleure note de la séance, significativement différente de la précédente. Hakim a ramené les deux bouteilles les plus contrastées.


Vin#6 Sancerre, Yves et Pierre Martin, Chavignol 2012

Bouteille dégotée in extremis chez le caviste du coin (La Part des Anges à Bures sur YVette).

Le nez est très fort sur la pierre à fusil ou neutre (le contraste avec le précédent ?). Très salin en bouche mais avec les notes de fruits exotiques qui ne quittent pas le verre de certains. La fin de bouche est plus sur l’acidité pointue des agrumes et lui fait perdre les faveurs des dégustateurs restés sur les rondeurs du précédent.

Note moyenne: 13,2. La troisième note de la séance.

 


Pour ceux qui cela intéressent, voici comment les notes regroupent les dégustateurs par affinités. Cédrig sera rassuré de ne pas se retrouver sur la même branche que Baptiste (un égarement lors de la précédente dégustation).

Dans la distinction entre vins, le Pouilly-Fumé (Vin#5)dont l’âge donnait des accents exotiques est le vin le plus discriminent notamment pour sortir Cyril de la bande. Les vins de Sancerre des Fouassier (Vins #1 et #2) semblent apprécier à l’identique par les dégustateurs sans s’accrocher les faveurs d’Eric, Cédrig ou JeanCri.